Une femme de 80 ans se lance dans un périple annuel de 1000 km avec son poney et son chien handicapé à ses côtés.

Chaque année, Jane Dotchin fait ses sacoches et part pour un voyage épique depuis sa maison près de Hexham, dans le Northumberland, jusqu’à Inverness, en Écosse.

Depuis 1972, Jane, âgée aujourd’hui de 80 ans, entreprend ce voyage annuel sur son cheval de 13 ans, Diamond, parcourant ainsi près de 1000km à cheval.

Cette fois-ci, elle a commencé son voyage le 31 août, avec pour compagnie son Jack Russell handicapé, Dinky, qui parcourt entre 25 et 30km par jour.

Pendant le voyage, Jane porte sur son dos tout ce dont elle a besoin, y compris sa tente, sa nourriture et quelques objets essentiels.

Elle fait tout cela malgré le port d’un cache-œil et prévoit de perpétuer la tradition aussi longtemps qu’elle le pourra.

La passion de Jane pour les randonnées sur de longues distances a débuté il y a environ 40 ans, lorsqu’elle parcourait le West Country au trot.

Jane raconte : “Ma mère s’occupait de mes autres poneys, mais elle n’était pas très enthousiaste à l’idée de s’occuper de mon étalon Halfinger, alors je l’ai monté jusqu’au Somerset pour voir un ami, ce qui représente environ 500 km.

C’était un peu dur, mais c’était bien”.

Après ce premier voyage, Jane a pris goût à la grande route et, depuis, elle se rend chaque automne chez des amis près de Fort Augustus, à proximité du Loch Ness, dans les Highlands.

Son voyage épique dure généralement sept semaines, en fonction du temps, et Jane en profite pour passer dire bonjour aux personnes qu’elle a rencontrées au fil des ans.

Elle se nourrit de porridge, de gâteaux d’avoine et de fromage, et n’a pas besoin de beaucoup d’électricité, car elle possède un vieux téléphone portable dont la batterie dure six semaines.

“Je refuse de me traîner sous une pluie battante”, dit Jane.

“Il y a plusieurs routes différentes que je peux emprunter en fonction du temps.”

“Je ne m’embête pas avec les cartes, je me contente de suivre les routes que je connais.”

Dinky, qui a des pattes avant déformées, voyage dans une sacoche de selle et se blottit contre Jane la nuit.

Le mode de vie du groupe demande peu d’entretien, Jane creusant un trou pour sa salle de bain et récupérant l’eau d’un ruisseau pour les jours où elle ne peut pas obtenir de lait pour son porridge.

Jane se dit consternée par la quantité de déchets qu’elle voit lors de ses randonnées.

“C’est épouvantable, en particulier les barbecues usagés qui traînent un peu partout”, dit-elle.

Malgré les difficultés, Jane n’a pas l’intention d’arrêter ses promenades annuelles.

Regardez la vidéo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code